solitude_des_nombres_premiers

Ce premier roman d'un jeune physicien turinois fut la plus belle découverte étrangère de l'année 2009. Avec, à la clef, les portraits croisés de deux adolescents nés sous une mauvaise étoile.
   Alice a grandi dans la peur d'un père trop autoritaire, à cause duquel elle a eu un grave accident avant de sombrer dans l'anorexie.
    Mattia, lui, est un surdoué qui se réfugie dans les maths et qui se mutile cruellement parce qu'il se sent responsable de la disparition de sa soeur jumelle. De ces deux êtres torturés, Paolo Giordano parle avec une infinie délicatesse, au fil d'un récit qui s'inspire de L'Attrape-Coeurs.